Si tu ne me suis pas sur Facebook, t'as tort tu n'es pas au courant...

Il se trouve que tout était prêt pour que des recettes soient publiées ici, 2 fois par semaine, selon le rythme que j'ai adopté depuis quelques temps, mais voilà, Loulou en a décidé autrement...

Loulou a trouvé que 10 jours avant les vacances, c'était bien de choper la varicelle la plus carabinée de toutes les varicelles du quartier...

Le genre avec des pustules, des bubons, des vésicules sur chaque centimètre carré de sa petite peau toute tendre de bébé petit garçon, pardon, de "moyen"... y compris dans la bouche, sur les paupières, sous les pieds, entre les orteils... au point qu'il a fallu le porter pendant 2 jours parce qu'il ne pouvait pas poser les pieds par terre, qu'il ne savait plus comment s'asseoir, et qu'il a fallu attendre 10 jours pour qu'il puisse remettre une paire de chaussures....

Loulou a donc commencé ses vacances 10 jours avant tout le monde, et ton serviteur n'a donc pas eu le temps de préparer les billets à paraître pendant les vacances...

Alors bien sûr, il n'y a eu que 3 jours "critiques" (bon, c'était déjà bien assez hein !) ensuite, Loulou s'est comporté comme tout enfant normal, le droit de sortie en moins... résultat, il grimpait partout, il courait partout, il criait partout tout le temps, bref, il épuisait sa Môman... allez, reconnaissons-le, pour le plus grand plaisir de ladite Môman qui préfère quand même le voir comme ça...

En 10 jours, on a joué à tout, enfin surtout avec les rouleaux (vides) d'essuie-tout, les p'tites merdes trésors trouvés par terre dans la rue, les boites de riz vides, bref, TOUT sauf les jouets achetés à prix d'or dans les magasins spécialisés en la matière... (plus le temps passe et plus j'envisage de contacter Jouéclub et tous ses potes pour leur expliquer que leurs jouets c'est de la merde et qu'ils feraient mieux de se recycler dans la vente de rouleaux de PQ et de pots de yaourt vides...).

En 10 jours, on a pris plein d'habitudes comme de se faire 1 heure de sieste tous les après-midi (Cherche pas, j'aurais pas pu écrire de billet à ce moment là de toute façon, Loulou dormant dans le bureau la chambre dans laquelle est mon vieux PC de récup...).

En 10 jours, j'ai juste été la "Maman préférée" de mon Loulou, et c'était déjà beaucoup.

Dernier vendredi avant les vacances, grâce à une amie formidable, je récupère les p'tites affaires de l'école, je file faire mon dernier marché et zou, en route pour la maison, objectif, préparation des valises pour un petit départ direction ma campagne natale...

Ce vendredi matin a été un vrai challenge...

Tant parce qu'en quelques heures la liste des choses à faire était assez conséquente (Faire le marché, le repas, et les bagages) que parce que tout ceci devait se faire :

- Sans savoir combien de temps nous partions (Le luxe de pouvoir squatter scandaleusement profiter être hébergés dans la maison familiale à la campagne)

- Avec un Loulou-malade-en-pleine-forme sur le dos... oui, LITTERALEMENT sur MON dos... car vois-tu, j'étais un cheval...

Bref, en faisant le cheval les bagages, je me suis fait cette réflexion : je suis une mère qui pars en vacances...

Comment ai-je eu cette illumination quasi-céleste ?

Juste par ces quelques petits détails :

Tu sais que tu es une mère qui part en vacances quand tu fais les bagages pour 3 personnes avec un petit cavalier de 14 kilos sur ton dos, tout en disant psalmodiant tagada tagada tagada... et t'as presque même pas mal !

Tu sais que tu es une mère qui part en vacances quand tu prépares 2 valises de taille identiques : l'une dans laquelle tu tasseras tes vêtements et ceux de Chéri, l'autre dans laquelle s'étaleront les petites affaires de Loulou...

Tu sais que tu es une mère qui part en vacances quand tu es capable de prendre tous les médicaments dont pourrait éventuellement avoir besoin Loulou, de préparer une trousse de toilette complète pour Chéri, mais que tu oublies systématiquement ta crème de jour, ou ton vernis à ongles... ton pauvre cerveau surbooké par les affaires des 2 premiers n'ayant plus assez d'énergie pour tes p'tites affaires de filles....

Tu sais que tu es une mère qui part en vacances quand de toute façon, tu sais que tu n'auras pas une minute dans les 2 semaines à venir pour mettre la moindre couche de vernis à ongles... alors 2 couches... avec un temps de séchage au milieu et un temps de séchage final... c'est "même pas en rêve" !

Tu sais que tu es une mère qui part en vacances quand tu te retrouves à préparer un "sac de secours"... comprendre un sac ans lequel tu vas jeter des compotes, des biscuits, des fruits, de l'eau, des mouchoirs, de l'huile essentielle de citron (indispensable en cas de barbouillage en voiture), et j'en passe... tous ces trucs dont tu pourrais avoir besoin au cas où tu resterais bloqué avec Chéri et Loulou 3 minutes de trop sur l'autoroute, au cours de ton voyage qui ne compte que 45 minutes de voiture ; ce même sac qui te forcera à garder les genoux repliés sous toi pendant toute l'interminable la durée du trajet...

Tu sais que tu es une mère qui part en vacances quand tu constates, encore une fois, que le coffre de la voiture a de toute évidence honteusement diminué depuis la dernière fois puisqu'il n'est même plus capable de contenir les p'tites affaires de la famille pour un séjour ridiculement court... Ce même coffre que tu avais pourtant soigneusement mesuré et qui était bien plus grand que le précédent, dans lequel tu mettais des affaires pour 4 ou 5 personnes...

Tu sais que tu es une mère qui part en vacances quand les post it et autres listes rayées en rouge fleurissent sur le frigo, sur la porte et sur la table du salon... faudrait pas risquer d'oublier un truc, que ce soit le médicament que de toute façon Loulou ne prendra pas (mais suffit que tu ne l'aies pas pour qu'il en ai besoin, ça s'appelle la Loi de murphy), ou le kiwi que tu oublieras dans la coupe de fruits et qui finira par moisir et empester toute ta maison en produisant un jus infâme (ça m'est arrivé une fois y'a 10 ans, le traumatisme est intact...)...

Tu sais que tu es une mère qui part en vacances quand, ton légendaire sens de l'organisation semble soudain s'être volatilisé tu-sais-pas-où et que tu fais des allers-retours inutiles et chronophages (j'aime bien ce mot) dans la maison à la recherche de ce que tu cherches... sans savoir ce que tu cherches (tu me suis ? fais le chemin en sens inverse, tu trouveras peut être, c'est ce qu'on m'a toujours dit...)

Bref, tu sais que tu es une mère qui part en vacances quand c'est le bordel chez toi et que tu appréhendes déjà le retour parce que ce sera pire : faudra tout ranger et Loulou sera ENCORE PLUS en forme...

Allez, entre les 2, on va essayer de profiter, et qui sait, le grand air de la campagne fera peut être faire de belles siestes à Loulou et je pourrai peut être poster une p'tite recette ici !

Allez, à bientôt et bonnes vacances !