Comme à la maison

26 août 2016

J'aimerais juste comprendre...

Il est plutôt étrange de revenir sur ce blog après aussi longtemps, surtout pour un autre bla bla là où je voulais, à la base, n'écrire que quelques recettes.

Mais ces mots m'empêchent de dormir depuis plusieurs jours, alors il fallait que je les pose là...

Je suis française, née en France, de parents français nés en France, etc, etc...

Il faut remonter plus de 2 siècles dans ma généalogie pour trouver des ancêtres "étrangers", l'un du Tessin, l'autre d'Alsace alors Allemande.

C'est d'un banal...

Pourtant...

Pourtant, aujourd'hui, difficile de prononcer ce genre de phrase sans paraître affreusement nationaliste tendance facho !

En fait, je ne tire ni gloire ni fortune du fait d'être française...

Ni honte, ni fierté, ce n'est qu'un fait, rien de plus.

Je suis également une athée convaincue.

Baptisée par des parents eux-même baptisés étant bébés, par traditions ou habitude. La seule différence réside dans le fait qu'eux, m'ont laissé le choix d'aller plus loin dans la religion... voulais-je faire ma communion ? Croyais-je en ce dieu ? Non, pas du tout, j'ai refusé la communion, choix qu'on ne leur avait pas laissé. Eux-même n'y croyaient pas de toute façon, mais leur communion, ils l'avaient faite parce que c'était comme ça, et pas autrement... de leur temps, le choix n'existait pas !

Bien qu'étant donc une indécrottable athée, je peux quand même comprendre qu'à la recherche d'un soutien, d'un réconfort, d'un guide de vie, on puisse croire en un dieu, une puissance céleste, un être supérieur. Ce n'est pas mon cas, mais pourquoi pas ! Nous sommes tous différents et c'est très bien comme ça !

Je comprends les prières, les remerciements, la ferveur, parfois la peur, car l'idée d'un être tout puissant à l'origine de tout peut engendrer tout cela, mais il y a des choses que mon obscur cerveau d'athée ne peut comprendre.

Pourquoi un dieu, quel qu'il soit, demanderait à ses "enfants" de se couvrir entièrement le corps pour ne laisser apparaître qu'un peu du visage ?

Et encore pire, pourquoi ne le demanderait-il qu'aux femmes, et pas aux hommes ?

Je vois tellement de choses en ce moment sur les réseaux sociaux, dans la presse écrite, à la télévision...

Je lis, je regarde, j'écoute, et je vois surtout la haine...

Dans ce que je lis, je vois beaucoup essayer de crier que leur dieu est amour, des "tu ne tueras point" et cie qui sont couverts par le brouhaha ambiant...

On se jette les coutumes au visage, des "le tien ne vaut pas mieux que le mien" qui ressemblent au mieux à un "tu devrais balayer devant ta porte" ou au pire à un "la mienne est plus grosse que la tienne"... finalement, le débat qu'on entend le plus est du niveau d'une cour d'école... ce qui pour moi n'est pas un compliment...

De mon point de vue d'athée, un dieu peut demander la pudeur, ça je connais, c'est ce qui me fait enfiler des vêtements le matin avant de sortir de chez moi, c'est ce qui fait que j'ai un peu du mal à comprendre les naturistes d'ailleurs ! Mais bon...

Je vois aussi naître les interdictions, dans un pays où à une époque on scandait qu'il était "interdit d'interdire" ! Quel comble, quelle régression de tous les côtés ! Ces lois qui interdisent de s'habiller comme on veut, et ces femmes qu'on enferme dans des cages de tissus... pas de différence pour moi, ni d'un côté ni de l'autre...

Ce qu'il me semble, c'est que ce n'est pas dieu qui demande aux femmes de se cacher entièrement le corps, mais bien l'homme.

Non pas celui avec un grand H, mais l'autre, le mâle humain...

On pourrait me dire que les religieuses catholiques sont entièrement couvertes, et c'est vrai.

Ces femmes là, tout comme leur représentants macsulins, les prêtres, je ne comprends pas plus, mais je peux considérer leur tenue comme un uniforme, au même titre que celui des pompiers ou des agents municipaux... après tout, c'est leur travail, on dit aussi leur vocation...

L'hiver, j'y pense moins à ces autres femmes voilées, recouvertes, mais l'été, ça me revient...

Ma pudeur est toute personnelle, l'hiver, entre le col roulé, le manteau, parfois l'écharpe, il n'y a pas grand chose qui dépasse de ma personne... mais l'été, ah l'été c'est différent !

Une simple bretelle sur les épaules à nues, les jambes à l'air, je ne couvre que ce que la décence m'oblige à faire, le reste profite des rayons du soleil et prend l'air !

Et soudain, j'ai de la peine, je m'interroge... Ces femmes qui portent ces tenues dont on parle tant en ce moment, ces burqa, ces burqini, les ont elles vraiment choisis ? N'étouffent-elles pas là-dessous ? L'ont-elles vraiment choisi ? Et si oui, pourquoi ?

J'ai conscience de m'exprimer sur un sujet qui fait polémique, la polémique, je déteste, moi ce que je veux, c'est comprendre.

Pourquoi choisir de se couvrir par tout temps, même quand la météo est à la canicule ? Est-ce un vrai choix de la femme ou bien une obligation ? Est-ce une foi immense ou de la peur ?

Mais surtout, j'aimerais qu'on m'explique ce qu'un dieu, quel qu'il soit, pourrait bien y trouver comme bénéfice ? N'est-ce pas plutôt l'homme, le mâle humain, ou le mal-humain qui y trouve son compte ?

J'aimerais qu'un jour on m'explique ce choix... qu'une femme me dise que ça lui plaît d'être enfermée sous ces couches de tissus, même sous la chaleur étouffante d'un été caniculaire.

Yaura-t'il vraiment un jour une femme pour me dire qu'elle est heureuse de porter tout ça ? De se couvrir les bras, les jambes, les cheveux ? Qu'elle ne meure pas de chaud là-dessous ? Qu'elle est libre de ses mouvements ? Qu'elle a choisi cette tenue ? Si oui, pourquoi ? Qu'elle n'envie pas celles qui portent un short ou un débardeur par 35° ?

On pourra aussi me dire que ça ne me regarde pas, mais dans ce pays qui est celui des droits de l'humain, il existe encore celui de s'exprimer, alors je le fais, c'est tout.

Et sur ce, avec les températures qui s'annoncent, sans esprit de provoc' je vais enfiler mon short, juste parce que ce sera plus pratique...

A bientôt...

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


15 avril 2015

Et toi, tu f'rais quoi ?

Il y a quelques temps, une amie me demandait :

"- Dis, tu ferais quoi si t'avais du temps pour toi ?

- Comment ça du temps pour moi ? Combien de temps ?

- 1 semaine, rien que pour toi..."

Et si je te disais que j'ai été INCAPABLE de répondre...

Sérieusement, comme beaucoup, du "temps pour moi" il y a tellement longtemps que je n'en ai pas eu que je ne sais même plus ce que c'est !

Mais j'y ai réfléchi... longtemps...

C'est finalement ce samedi, plus de 2 semaines après sa question, et premier jour des vacances de printemps que j'ai trouvé !

Ce jour là, Chéri devait s'absenter le matin, je devais donc être SEULE !

1) Faire une grasse matinée jusqu'à 9h...

Oui, ce n'est pas si tard que ça, mais c'est déjà énorme quand on a l'habitude d'avoir un Loulou qu'on tire du lit tous les matins de la semaine pour aller à l'école mais qui se réveille à 6h du mat' le week end pour profiter de Papa-Maman...

9h c'est juste assez pour récupérer et encore suffisamment tôt pour profiter de la matinée...

2) Prendre le petit déjeuner tranquillement, longuement...

En buvant un petit café, en dégustant sereinement les tartines de pain frais beurrées, en lisant mes mails, peut être jeter un coup d'oeil à Facebook, ou lire un magazine féminin pas cher la presse économique...

3) Prendre une longue douche façon spa...

Le temps de se faire un gommage du corps avec un gant ou un de ces produits qui sent si bon, comme au hamam, pour avoir la peau toute douce... Laisser poser un masque sur le visage, se faire un shampooing puis poser un masque sur les cheveux et le laisser les 5 minutes réglementaires pour avoir des cheveux soyeux, brillants et doux comme les filles dans les pubs...

4) Faire des trucs de filles...

S'épiler... OK, c'est pas agréable, mais après, les jambes sont toutes douces, et comme il fait super beau, on sait qu'on pourra dépailler les cardons mettre une jupette après...

Fignoler en s'enduisant d'un lait hydratant parfumé pour se sentir une VRAIE fille...

5) Faire une pause...

Se boire un petit café sur le canapé, parce que quand même, on vient d'abattre un sacré boulot et qu'on MERITE de se poser...

6) Se faire une manucure, une VRAIE...

Avec pose de crème hydratante spéciale "mains + ongles" pour bien soigner les mains et les cuti-machin-choses ; limer correctement les ongles pour les faire jolis, peut être même un petit polissage avec le polissoir qu'on aura pris le temps de chercher au milieu du bordel des affaires de la salle de bains, et pose des DEUX couches de vernis avec temps de séchage respecté pour que ça soit joli et que ça ne s'écaille pas 3 minutes plus tard...

Un VRAI temps de séchage sans vaisselle au milieu, sans recherche de jouet ou de doudou...

7) Prendre le temps de lire enfin le dernier Coben...

Avec (encore) un p'tit café, se poser sur le canapé, les jambes ramenées sous les fesses (si si, c'est confortable) et se plonger dans l'intrigue en oubliant le temps et en se laissant emporter par les mots

Le truc c'est que Loulou n'accompagnait pas Chéri, ma première matinée de vacances a donc été légèrement différente...

1) Réveil à 7h00...

Chéri avait de la route à faire, et de toute façon, Loulou n'avait plus sommeil... au temps pour la grasse mat'...

2) P'tit déj en famille...

Ponctué de : "Loulou, tu finis ton lait ?", "Loulou, bois ton lait !", "Allez, Loulou, il faut que tu boives ton lait !!"... et toutes les déclinaisons possibles et inimaginables pour que le petit Loulou un peu rêveur ne mette pas 2 heures à finir un pauvre bol de lait !

3) La/Les lessives...

Vu que l'école se terminait la veille, j'avais eu la chance de récupérer ses "affaires" de l'école, et donc la joie de lancer 2 machines en y additionnant le linge du panier... il fallait donc plier et ranger le tout, mais aussi en lancer une petite 3ème, parce que c'est bien connu, le panier à linge sale se remplit toujours plus vite qu'il ne se vide...

4) Préparer les repas du midi et du soir...

Soit 3 litres de soupes... avec de vrais légumes à éplucher (parce que c'est meilleur il paraît) et Loulou, assis sur le plan de travail à côté de moi qui choisit len-te-ment quel sera le prochain légume à éplucher,... qui veut aider en mettant le bouillon poule dans la soupe et qui en profite pour en semer un peu partout sur le plan de travail...

Puis faire un cake au surimi histoire de vider le frigo avant de partir et d'avoir un truc à manger le midi même...

5) La lessive, le retour...

Ben oui, la tâche la plus facile c'est bien de mettre le linge dans la machine et d'appuyer sur le bouton... après, ben faut tout mettre sur l'étendage... y compris les 283 mini-chaussettes-qui-se-ressemblent-PRESQUE-toutes (parce qu'il y en a forcément 1 qui a disparu dans le tambour ou je sais pas trop où...)

6) Pouvoir enfin prendre sa douche...

En 5 minutes montre en main, avec Loulou qui joue à cache cache derrière le rideau, et donc en essayant d'éviter de l'arroser et de mettre de l'eau partout dans la salle de bains façon dégât des eaux...

7) Préparer les bagages...

Et oui, 1er jour de vacances = veille de départ à la campagne, il faut donc penser aux bagages pour 3 personnes, avec toujours le petit garçon qui adore rajouter plein de trucs indispensables aux vacances, comme le presse-ail qu'il adore... (sans doute parce qu'il est rouge... sinon je vois pas pourquoi) et qu'il faudra penser à retirer de ses sous--vêtements au risque de se charger inutilement et de l'oublier chez Mamie...

8) Faire la vaisselle...

Ben oui, tu cuisines, DONC faut faire la vaisselle... 2 tonnes de vaisselle au moins... et vu que Loulou veut aider, la vaisselle se résume à l'empêcher d'attrapper la cuiller en bois dégoûlinante de pâte à cake et à essayer ne pas arroser sa chaussette (sur son pied) qui se rapproche insidieusement de l'évier, vu, qu'encore une fois, il est assis sur le plan de travail...

Non, vraiment, pas de doute, ce sont les vacances, et elles s'annoncent de tout repos !

A bientôt !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

18 février 2015

J'adore les vacances !

Vraiment, j'adore les vacances !

Parce que pendant les vacances, on fait la grasse mat' !

Le reste du temps, le réveil sonne à 6h du mat... et 6h du mat, tu vois, ça pique !

Alors pendant les vacances, PAS DE REVEIL !

Sauf que Loulou, qu'il faut péniblement arracher du lit tous les jours d'école à 7h, buggue tous les matins à 6h24 (oui, 6h24, pas 25, cet enfant a avalé une horloge et un calendrier...), anéantissant toute vélléité de repos....

Alors pendant les vacances, on cherche des activités, et on décide de réaliser une petite carte Pop up avec le héros préféré de Loulou histoire d'occuper toute la matinée...

Mais faut l'aider à découper un petit peu parce que c'est cro difficile...

Et on finit par faire la carte toute seule pendant que Loulou bloque sur un dessin animé... en suant sang et eau parce qu'on a 2 mains gauche, qu'on sait pas utiliser un tube de colle et encore moins une paire de ciseaux !

20150212_124551

(Mais le résultat est beau quand même, hein ? Alleeeeeeez, dis moi que c'est beau ! Steu plaîîîîît !)

Quoiqu'il en soit, pendant les vacances, on se simplifie la popotte !

Et on se dit qu'à midi ça serait pas mal de se faire un cousous.... mais avec des légumes tous découpés et surgelés, histoire que ça soit plus simple !

Sauf qu'on se retrouve à trier les poivrons parce que Chéri aime pas...

... Et à les faire revenir à part parce que Loulou adore... autant pour la simplicité !

Enfin, pendant les vacances, encore plus que pendant le reste de l'année, on se dit qu'un peu de pâtisserie ferait plaisir à tout le monde !

Alors on se lance dans la préparation d'un gâteau au chocolat !

Miam !

Et on se retrouve à surveiller de l'oeil gauche les blancs qu'on bat en neige et Loulou de l'oeil droit qui s'est mis en tête de remuer l'appareil au chocolat pour s'assurer qu'il n'en gloutonne pas la moitié et que l'autre moitié ce se retrouve pas par terre...

Je suis un iguane...

Non, vraiment, j'adore les vacances !

Et c'est pas fini !

Alors, que tu sois en plein dedans, ou que ce soit pour bientôt, je te souhaite de bonnes vacances !

A bientôt !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

17 février 2015

Confiture de Mûres... du jardin !

Passer l'été à la campagne présente de sérieux avantages...  Là-bas, les fruits se cueillent par paniers entiers au gré des balades de l'après-midi.

Et les fruits, cette année on peut dire qu'on en a eu !

Il ne nous aura fallu qu'une petite heure pour remplir un sac entier de mûres sauvages juteuses et gorgées de soleil !

Une vraie merveille !

Et puisque cette année j'avais été abreuvée d'excellents conseils et que j'avais fait une provision de pots, forcément, j'ai eu envie de me lancer dans les confitures pour, une fois l'hiver venu, retrouver le goût de ces magnifiques vacances à la campagne !

Alors l'hiver, on est en plein dedans, mais les mûres du jardin, je les retrouve tous les matins au petit déjeuner, gâce à ces confitures fabriquées cet été !

La recette ? Rien de plus simple !

Pour 4 pots de 370 g, il te faudra :

  • 1 Kilo de délicieuses mûres
  • 500g de sucre
  • 1 Jus de citron

141202 - Confit mures (2)

Commençons par trier et laver les mûres, histoire de déloger les éventuels squatters... à la campagne, les meilleurs fruits sont les plus recherchés, y compris par les fourmis et autres moucherons, on va pas les blâmer quand même, juste les mettre dehors parce qu'il n'y a pas besoin de protéine animale dans une confiture !

Verser ensuite les fruits dans un grand saladier, les recouvrir du sucre et du jus de citron, et remuer légèrement.

Oublier toute la nuit, les mûres vont commencer à cuire légèrement et elles vont s'imbiber du sucre...

141202 - Confit mures (4)  141202 - Confit mures (5)

Il ne reste plus qu'à jeter dans un faitout et à allumer le feu... (ah non, pas Johnny, pitié...)

Au début, le feu sera fort pour que l'ébullition arrive vite, puis, une fois que les fruits font leurs petites bubulles, baisser le feu et laisser cuire 7 à 8 minutes.

Pendant ce temps, laver les pots et les couvercles à l'eau chaude, et les déposer à l'envers sur un torchon propre.

Au terme de la cuisson, on peut évntuellement mixer légèrement les fruits, à l'aide d'une girafe ou d'un blender, ou les laisser entiers...

On peut aussi passer la confiture au chinois pour retirer les petits grains... ou pas....

Quoiqu'il en soit, il faudra faire vite pour renplir les pots et les refermer pendant qu'elle sera encore très chaude...

Puis laisser refroidir complètement, tête couvercle en bas.

141202 - Confit mures (6)

Juste pour avoir le plaisir, en plein mois de février, d'avoir ce genre de tartine au p'tit déj, et de dire :

141202 - Confit mures (9)

C'EST MOI QUI L'AI FAIT !

141202 - Confit mures (11)

141202 - Confit mures (12)

Hé !! Mais qui a mordu dans ma tartine ?!!!

Allez, bon ap' !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 février 2015

Pommes de terre au four façon raclette

As-tu remarqué que c'était l'hiver ?

L'hiver, certains se ruent sur leurs skis pour dévaler les pentes enneigées...

Moi, j'aurais plutôt une conception gourmande de l'hiver... Un hiver version fondu, tartiflette et raclette, puis, au milieu, un p'tit chocolat chaud bien calorique, histoire de reprendre des forces !

C'est en feuilletant je ne sais plus quel magasine que je suis tombée sur cette recette...

Une sorte de raclette revisitée...

Ah, la revisitation des recettes, si ça c'est pas un truc à la mode !

Bref, cette fois-ci j'ai trouvé le concept intéressant, et j'ai forcément eu envie d'essayer, faut dire que c'est quand même hyper gourmand, et qu'il se trouve que j'avais tous les ingrédients chez moi... vu que l'hiver, y'a toujours de quoi faire une raclette à la maison... au cas où...

Alors, pour cette raclette revisitée, il te faudra...

  • 2 Grosses pommes de terre par personne (on a dit gourmand !)
  • 2 tranches de raclettes par pommes de terres
  • 2 tranches de bacon par pomme de terre

141127___Patates_fa_on_raclette__3_

Je récapipète : si t'es 4, il te faudra 8 patates, 16 tranches de raclette et autant de bacon !

Prêt(e) ?

Partez !

Commençons par laver les pommes de terre, car pour cette recette, elles garderont leur peau !

Parallèlement, allumer le four th 7 (200 / 210° environ).

Ensuite, réaliser des tranches de 1 cm, en prenant bien soin de ne pas tranchez complètement, en gros, on réalise juste de grandes entailles !

Dans chaque entaille, glisser 1/2 tranche de bacon et 1/2 tranche de raclette.

141127___Patates_fa_on_raclette__4_   141127___Patates_fa_on_raclette__7_

Ensuite, chaque pomme de terre devra être emballée dans une feuille de papier d'aluminium, façon paquet cadeau comme j'aime bien en recevoir !

141127 - Patates facon raclette (6)  141127 - Patates facon raclette (8)

Puis déposer ces paquets dans un plat passant au four.

Il ne reste plus qu'à enfourner pour 20 à 30 minutes selon la puissance du four : les pommes de terre devront être fondantes... ne pas hésiter à vérifier la cuisson en piquant avec un petit couteau pointu !

Enfin ?

Enfin, il ne reste plus qu'à servir, et chacun pourra déballer son petit cadeau...

141127 - Patates facon raclette (2)

141127 - Patates facon raclette (10)

141127 - Patates facon raclette (11)

La pomme de terre est fondante, parfumée, un vrai régal !

Et si j'étais un peu dingue, je dirais qu'on peut le faire encore plus gourmand en ajoutant un chouillat de crème dans le paquet cadeau juste avant de le fermer !

Effet GA-RAN-TI !

Bon ap' !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


10 février 2015

Glace au sirop de fraises

Il y a quelques jours, je remarquais que le nombre de fans de ma page Facebook augmentait...

Pour tout te dire, à chaque fois que ce blog connaît un grand moment de silence, les fans débarquent... Il y a de quoi se poser des questions, non ?!!

Bon, soyons honnêtes, hein, c'est pas non plus la foule, vous êtes 200 à me suivre là-bas, pour la majorité des blogs ce n'est rien, c'est le nombre de fans en plus en une SEULE journée !

Mais pour moi, 200 c'est juste énorme !!

Or, il se trouve que dans un grand moment de fanfaronnade, vendredi dernier, je publiais un statut un peu inconscient...

150209___Statut

Franchement... je me disais que ça me laissait une bonne quinzaine pour cogiter un billet...

Ha ha ha...

Et puis voilà, je ne sais pas comment vous vous êtes débrouillés, mais 2 jours après c'était plié, et il ne me restait plus qu'à me rendre à l'évidence : je devais publier une recette...

Parce que j'ai même essayé de feinter, mais y'avait pas moyen...

Alors me voilà, en ce Mardi 10 février 2015, avec, la première recette de l'année !

J'aurais pu faire de saison... Mais j'avais pas envie (et les photos de mes dernières recettes sont encore dans mon APN, alors elles sont loin d'être prêtes à être publiées !)

Du coup, j'ai pensé à une recette de glace... fait -10° dehors, pas de problème de conservation comme ça !

Et puis tant qu'à faire une glace, autant qu'elle soit à la fraise ! Parce qu'en février, surtout quand tu te pèles les miches, il y a de fortes chances pour que tu aies très envie de ce petit fruit qui ne pousse que quand il fait chaud !

Bref, aujourd'hui je te dévoile le secret de ma glace à la fraise !

Une recette que tu n'auras aucun scrupule à réaliser toute l'année puisqu'elle ne nécessite aucun fruit fabriqué hors saison !

Ha ! C'est mieux non ?!!

Cette recette là, je l'ai piquée sur le modèle de ma recette de Glace à la menthe, parce que Loulou adore la fraise !

Alors, comme précédemment, il te faudra :

  • 2 Blancs d'oeufs
  • 20 cl de crème liquide entière (1 verre)
  • 10 cl de sirop de fraise (tu noteras que je l'ai choisi bio, au sucre de canne et sans colorant !)  

150209___Glace_sirop_fraise__5_

Ensuite, c'est tout simple !

Monter la crème en chantilly.

Dans un autre saladier, battre les blancs en neige, et y ajouter progressivement le sirop de fraise, tout en continuant de battre.

Incorporer doucement les blancs battus à la crème chantilly avant de transvaser le tout dans la sorbetière pour turbiner pendant une petite demi-heure. 

150209___Glace_sirop_fraise__6_

 Le résultat est délicieux ! 

150209___Glace_sirop_fraise__2_

150209___Glace_sirop_fraise__3_

150209___Glace_sirop_fraise__8_

Et pourquoi pas avec une petite boule de glace au chocolat maison ?

Et puis, soyons fous ! En saison, on pourra même rajouter des morceaux de VRAIE fraise FRAÎCHE !

Bon ap' !

PS : allez, prochain billet à 250 fans ?!!!

T'es cap ?!!

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 janvier 2015

Un mercredi pas comme les autres...

C'était le premier mercredi après la rentrée.

Un jour comme je les aime, une journée en amoureux avec Loulou.

Le mercredi, c'est le jour où Loulou se lève à l'aube alors qu'il faut que je le tire du lit le reste de la semaine... Pas fou, il sait que c'est une journée à nous, qu'on va jouer, qu'on va se câliner, qu'on va regarder des dessins animés.

Une journée pyjama, une journée tendresse.

C'est vers 11h20 je crois que mon téléphone a vibré pour la première fois... je ne sais plus trop à vrai dire.

A ce moment là, je venais de préparer le repas, Loulou est long à manger et je veux pouvoir le coucher tôt pour une bonne sieste, tous les deux.

J'ai jeté un coup d'oeil sur l'alerte info qui avait secoué mon téléphone, mais j'ai juste consulté les premiers mots...

Il était question de bruits de fusillade à Charlie Hebdo...

J'ai réprimé un soupir d'agacement... On était probablement encore en train de sacager leurs locaux, comme cette autre fois où un cocktail molotov avait tout détruit, les obligeant à déménager à défaut de les faire taire...

Tout au plus me suis-je dit que les gens étaient vraiment cons de sacager, et j'ai coupé mon portable, je l'ai posé, et je me suis recentrée sur ce qui me tenait à coeur, le repas en amoureux avec Loulou...

Après ce repas, est venue l'heure de la sieste...

Portable coupé, Loulou dans mes bras, un gros câlin... Un moment de douceur hors du temps, protégés du monde par une couverture polaire bleue,...

Puis vint le moment de se lever, ce jour là, pas moyen de faire dormir ma petite crapule !

Je me lève et vais machinalement consulter un réseau social bien connu...

Tout de suite je n'ai pas compris... Il était question de Cabu sauvagement assassiné...

Alors je suis retournée voir les infos, et là...

Il y a d'abord eu l'Incompréhension... Cabu, on a tué Cabu.

150114 - Cabu

Souce Wikipédia

Cette phrase a tourné dans ma tête pendant des heures. Comment a-t'on pu tuer Cabu ? Celui qui m'avait tant fait rire dans mon enfance. Cabu dans les yeux duquel on ne lisait que de la malice, un grand gamin...

Mais ce n'était pas le seul... d'autres noms venaient s'ajouter... je reconnaissais Wolinsky, Charb, Tignous, les autres je ne savais pas...

Tout était confus dans mon esprit, non pas qu'un valait plus que l'autre, mais Cabu était l'étincelle qui avait allumé une flamme de douleur en moi... Putain, ils ont tué cabu...

Après l'incompréhension, ce fut l'Horreur : Tuer pour quelques coups de crayons, qui pourrait faire ça ? Qui et au nom de Quoi ?

Aucune instance, et encore moins une instance divine ne saurait encourager le meurtre !

Puis vint la Colère et sa nausée, l'envie que ces salauds paient, qu'ils souffrent.

Elle est mauvaise conseillère la colère, et a bien vite été condamnée sur les réseaux sociaux, car non, bien évidemment, la violence ne doit pas répondre à la violence... mais elle était là, en moi, j'ai souhaité le pire à ceux qui avaient assassiné notre innocence, mais je savais aussi que ce qui me différenciait de ces brutes c'était que si je mettais des mots sur cette colère, ils auraient cet effet cathartique et que ma violence n'irait jamais au delà.

Vint ensuite la Peur. Le terrorisme était de retour sur notre territoire, et je savais qu'il allait falloir de nouveau regarder son visage sanglant en face. Avoir cette boule au ventre en prenant le métro. Calculer le meilleur moment pour aller dans les lieux publics. Bouleverser ce petit quotidien si confortable, cet embourgeoisement propre à notre vie dans un pays "civilisé", dans notre "démocratie"... La nausée encore... mais surtout, l'angoisse d'être séparé de ceux que l'on aime et la peur qu'ils soient au mauvais endroit, au mauvais moment...

Enfin, maintenant, 8 jours après cette horreur, il y a l'Impuissance.

Je n'ai jamais ni lu ni acheté Charlie Hebdo... J'ai honte de le dire, alors qu'hier il n'y avait rien de honteux à cela...

Je n'ai rien contre ce journal, mais je n'achète jamais la presse. Je lis beaucoup, mais des romans. L'information, je la cherche un peu partout, c'est facile, on en est abreuvés. J'essaie de faire la part des choses avec l'esprit critique que je pense avoir. Je ne suis dupe d'aucun politique, mais n'adhère à aucune théorie du complot...

J'ignorais que le journal était moribond, et si je l'avais su, je ne sais pas ce que j'en aurais pensé... Il est tellement facile aujourd'hui de dire qu'on se serait battu pour sa sauvegarde alors qu'en fait ça ne nous aurait fait ni chaud ni froid...

Aujourd'hui les survivants ont adressé un message fort en sortant un nouveau numéro, écrit du sang des morts et des larmes des survivants.

150114 - Toutest pardonné

Avec à la fois cette provoc' qui aurait fait la fierté de ceux qui ont été fauchés par la haine, mais aussi leur pacifisme.

Aujourd'hui, pour la première fois de ma vie, je ressens avec tellement de force ce sentiment d'impuissance que tout ce que j'ai trouvé à faire c'est acheter Charlie Hebdo... Parce que je ne sais pas comment lutter autrement contre cette violence, et même si je sais que ça ne réparera rien et que ça ne ramènera personne à la vie...

Alors surtout, aujourd'hui, je sais que je lirai Charlie Hebdo, jusqu'à la dernière page, en pensant à Charb qui est mort debout, à Cabu qui souriait toujours, à Wolinsky dont la fille et la femme pleurent tellement, à cette jeune fliquette pleine d'espoir et qui avait la vie devant elle, à ce jeune juif si courageux, à cet agent d'entretien qui n'avait rien demandé, à ce brigadier qui est mort en voulant protéger un homme menacé par la connerie d'extrémistes, à cet économiste qu'on appelait "Oncle Bernard", pour Ahmed, froidement tué par ceux qu'il aurait pu prendre pour des frères mais qui n'étaient que des traitres, pour cette psy qui cherchait àsoulager le mal être, et à tous ceux qui ont péri sous les balles... pour qu'ils ne soient pas morts pour rien...

Et aujourd'hui enfin, j'écris ces mots, ces mots qui se bousculent dans ma tête depuis une semaine, ces mots qui sont un peu pour toi mon Loulou, parce que je te dois des excuses.

Je te demande pardon Loulou... pardon parce que je t'ai menti.

Mais tu vois, je t'ai menti parce que je ne savais pas.

Tous les soirs, à l'heure d'éteindre la lumière, quand tu me dis que tu as peur des monstres, je te répète "n'ai pas peur mon Loulou, les monstres ça n'existe pas"...

Mais si, Mon Loulou, les monstres existent, je l'ai compris ce mercredi 7 janvier 2015.

Les monstres se cachent sous des apparences humaines mais crient leur haine de leur prochain et font pleuvoir le sang et les larmes.

Ils assassinent ceux qui ne sont armés que de stylos et n'ont pour but que de dénoncer les travers de nos politiques ou la haine des autres.

Ils tuent des gamins cachés dans des corps d'hommes, des humanistes, des pacifistes.

Ils tuent notre insouciance en visant la Liberté.

150114 - Victimes

Source : Nouvel Obs

Frédéric Boisseau

Franck Brinsolaro

Jean Cabut, dit Cabu

Elsa Cayat

Stéphane Charbonnier, dit Charb

Philippe Honoré, dit Honoré

Bernard Maris

Ahmed Merabet

Mustapha Ourrad

Michel Renaud

Bernard Verlhac, dit Tignous

Georges Wolinski

Clarissa Jean-Philippe

Philippe Braham

Yohan Cohen

Yoav Hattab

François-Michel Saada

Hier, ils ont tiré sur eux.

Hier, la France entière, le Monde entier, a voulu se lever pour les honorer et est descendu dans la rue pour dire Non à la haine, Non à la violence et Oui à la liberté d'expression.

Hier c'était beau...

Mais demain ?

Demain, le Monde aura oublié, le Monde continuera de tourner de travers, je le sais, mais, j'espère, un peu moins qu'avant.

C'est pour ça, Mon Loulou, que ce soir, au moment d'éteindre la lumière, je te redirai "N'ai pas peur Mon Loulou, les monstres ça n'existe pas".

Parce que tu es demain, parce que tu es celui a qui il appartient que cela ne se reproduise jamais.

Parce que tu portes en toi cette innoncence que nous avons perdu et cet amour que nous cherchons tant.

Parce que je, tu, nous sommes et serons toujours Charlie, je veux y croire...

150114 - Jesuischarlie

#JeSuisCharlie

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

25 novembre 2014

Glace menthe chocolat

Et oui, encore une recette de glace !

Ce n'est quand même pas parce que l'hiver est en avance qu'on va se priver !

Surtout de cette recette toute gourmande !

Pour la petite histoire, tout a commencé lorsque ma grand mère m'a dit :

- Est-ce que Loulou boit du sirop ? Parce qu'un voisine m'en a rapporté de voyage et moi j'aime pas...

En fait, Loulou ne boit pas de sirop... il boit de l'eau toute simple, même s'il la préfère fraîche....

Seulement voilà, lorsque j'ai vu ce sirop, entièrement naturel, fais à partir de VRAIES feuilles de menthe et de sucre de canne, je me suis dit que quitte à lui en faire boire un jour, autant que ce soit du bon !

Alors jai accepté cette bouteille dont ma grand mère voulait se débarrasser me faisait généreusement cadeau !

Une fois arrivée à l'épreuve fatidique du test, Loulou n'a pas été fan... trop habitué à l'eau depuis le début, et ma bouteille était vouée à être perdue...

Il fallait agir !

Parallèlement, pour la fête des mères j'avais reçu ma sorbetière...

Comble de bonheur, de hasard, de chance, (que sais-je ?) il se trouve que la glace Menthe-Chocolat est une de mes préférée ET que l'excellent site Marmiton propose une recette de glace à la menthe à base de sirop... Franchement, si c'est pas un signe ça ?!!!

Je sens déjà que tu trépignes, alors ni une, ni deux, voici la recette de cette succulente glace Menthe-Chocolat :

Pour 1/2 litre de glace environ :

  • 2 blancs d'oeufs (Avec les jaunes on pourra faire des crèmes brûlées par exemple !)
  • 20 cl de crème liquide
  • 10 cl d'un excellent sirop de menthe
  • 50 à 100g de chocolat noir à concasser pour de bonnes pépites !

141111 - Glace menthe (2)

Commençons par mettre les fouets, le saladier et la crème au frigo ou au congél : la chantilly sera beaucoup plus simple à monter !

Lorsque l'ensemble est bien froid, monter la crème en chantilly bien ferme...

141111 - Glace menthe (3)  141111 - Glace menthe (5)

Dans un autre saladier, battre les blancs en neige, ferme eux aussi, puis ajouter doucement le sirop : on obtient une belle meringue italienne bien brillante ! 

141111 - Glace menthe (6)  141111 - Glace menthe (7)

Mélanger ensuite doucement les deux préparations, en soulenvant délicatement à la maryse pour ne pas les faire retomber...

141111 - Glace menthe (8)

Il ne reste plus qu'à verser dans le bol de la sorbetière et à mettre la turbine en route !

Il va falloir turbiner 30 à 40 minutes ! ça nous laisse largement le temps de concasser le chocolat afin de l'ajouter à la préparation !

141111 - Glace menthe (10)  141111 - Glace menthe (11)

141111 - Glace menthe (12)

Si tu es déjà passé(e) par là, tu m'as déjà peut être entendu vu dire que je DETESTE les sorbets ! Et bien avec cette glace, je suis COMBLEE !!

La recette est crémeuse, parfumée, onctueuse, avec juste le croquant des pépites de chocolat qui va bien...

Et SURTOUT, elle est SANS conservateur, SANS arôme artificiel, SANS colorant, SANS aucune adjonction de quoi que ce soit de chimique !

141111 - Glace menthe (13)

141111 - Glace menthe (14)

141111 - Glace menthe (15)

Alors bien sûr, son goût dépendra forcément du goût de ton sirop... mais si tu en as un bon, alors je te le dis tout net : FONCE !

Bon ap' !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 novembre 2014

Purée de céleri rave

J'ai un VRAI, un SERIEUX problème avec le céleri... surtout avec le céleri rave...

Je le DETESTE !!

Oui, je sais, c'est super vendeur comme début de recette, mais bon, j'ai toujours été honnête ici, non ?!

Mais n'empêche, le céleri fait parti de ces légumes à Calories négatives, comme le concombre (Beurk... mais BEURK quoi !!), et quand on y pense, pour une fille dont la devise est "Le gras c'est la vie", ça doit probablement expliquer une telle aversion !

Quoi qu'il en soit, Chéri ADORE le céleri, et j'aime Chéri, alors cette fois-ci, j'ai mis ma répulsion au placard pour lui préparer une petite purée de céleri maison (c'qu'il faut pas faire, j'te jure !).

J'en ai profité pour prendre des photos, juste pour mémoire, faudrait pas qu'il oublie TOUS CES TERRIBLES sacrifices que je fais pour lui par amour quand même ;o) !!

En fait, il n'y a pas grand chose de plus simple, il te faudra juste :

  • 1 Belle boule de céleri
  • 2 Pommes de terre moyennes
  • 1 bouillon cube
  • Une lichette de crème
  • Poivre

141110 - Purée de céleri rave (3)

Commençons par éplucher le céleri et les pommes de terre, puis couper le tout en cubes de taille moyenne.

Déposer le tout dans une casserole, recouvrir d'un litre d'eau (à hauteur en fait) et ajouter le bouillon cube.

141110 - Purée de céleri rave (4)   141110 - Purée de céleri rave (5)

La cuisson prendra 15 à 30 minutes, selon la taille des cubes : les légumes devront être bien tendres !

Au bout de ce temps de cuisson, égoutter les légumes, puis les verser dans un cul de poule.

Ensuite, il ne reste plus qu'à les écraser à la fourchette ou au presse purée, en ajoutant un peu de crème pour une texture plus onctueuse et en rectifiant l'assaisonnement.

141110 - Purée de céleri rave (6)  141110 - Purée de céleri rave (7)

141110 - Purée de céleri rave (8)

Solliciter Chéri pour qu'il goûte régulièrement, parce que moi, vraiment, je ne POUVAIS PAS !

Puis lui mettre le tout dans une petite boite qu'il emportera au travail pour son déjeuner...

141110 - Purée de céleri rave (9)

141110 - Purée de céleri rave (10)

141110 - Purée de céleri rave (11)

Chéri était ravi ! Il faut dire que la purée de céleri, il n'en mange vraiment pas souvent ! (Je t'ai déjà dit que je DETESTAIS ça ??!!).

Et... je te rassure, ce jour là, il n'a quand même pas mangé QUE ça ;o) !

Bon ap' !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 novembre 2014

Gratin de légumes d'été façon moussaka

J'en trouve encore, bien que la saison soit largement dépassée... et oui, elles sont de France !

Sérieusement, pourrais tu m'imaginer en acheter d'Espagne ou d'ailleurs ?!!!

Bon, je te l'avoue, les photos de cette recette date d'il y a quelques temps tout de même, et à l'époque, les tomates rougissaient encore sous le soleil estival !

D'ailleurs, j'en ai profité et j'ai quelques coulis maison qui m'attendent au congél, pour les jours d'hiver où nous aurons besoin de soleil !

Mais je m'égare !

Cette fois-ci, j'avais envie d'un gratin d'été, un gratin gorgé de soleil, mais qui fasse aussi office de plat complet...

Je pensais à la Moussaka, mais de toute évidence, l'idée que je me faisais de la Moussaka était bien loin, vraiment très très loin de la recette réelle !

Alors j'ai inventé MA moussaka ! Celle dont j'avais envie !

Et, tu le comprendras, ce n'en est donc ABSOLUMENT PAS une !!

Ceci dit, le résultat était particulièrement réussi : à mon goût, à celui de Chéri et à celui de Loulou, alors, que demander de plus ?!

La recette ? La voici !

Pour une Moussakarinette pour 4 personnes, il te faudra :

  • 2 Aubergines moyennes
  • 1 petit Kilo de tomates gorgées de soleil
  • 1 oignon
  • 2 belles gousses d'ail
  • 1 cube de bouillon
  • 1 sucre (ou 1 cuill à café)
  • 2 Steaks hachés ou 250 g de viande de boeuf haché
  • 1 Mozarella spéciale cuisine ou le fromage de ton choix !
  • Du sel, du poivre, de l'huile d'olive

141106 - Gratin légumes moussaka (2)

(Ne cherche pas ce que vient faire la bouteille de vin rouge ici : je me suis plantée, je voulais celle d'huile d'olive à la place...)

Commençons par faire dégorger les aubergines. Cette étape n'est pas obligatoire, mais elle empêchera que l'aubergine, qui est un peu "éponge", n'absorbe toute l'huile d'olive !

Pour cela, on va donc laver les aubergines, les couper en rondelles et les disposer sur du Sopalin® papier absorbant ! Elle patienteront le temps de préparer le coulis de tomates, s'il n'est pas déjà tout prêt et congelé !

141106 - Gratin légumes moussaka (6) 141106 - Gratin légumes moussaka (7)

(Regarde, elles ont rendu leur eau !)

Pendant ce temps, préparons le coulis de tomates.

L'idéal est d'émonder les tomates, soit par la méthode traditionnelle (Plongées 10 secondes dans l'eau bouillante après avoir tracé une croix au couteau sur leur peau), soit grâce au super économe prévu pour cet usage... J'ai de la chance, j'ai le super économe...

Les couper ensuite grosièrement, et dans une sauteuse, verser un peu d'huile d'olive, l'ail et l'oignon émincés et les tomates.

Ajouter ensuite le bouillon poule et le sucre et laisser mijoter le temps que les tomates compotent joliement. Attention à l'assaisonnement : le cube de bouillon devrait apporter assez de sel, normalement, il n'y a pas besoin d'en rajouter !

141106 - Gratin légumes moussaka (4) 141106 - Gratin légumes moussaka (5)

141106 - Gratin légumes moussaka (9)

(Au besoin, un p'tit coup de robot pour que le coulis soit plus fin, c'est toi qui vois !)

Pendant que tout ça mijote, éponger l'eau des aubergines, les vaporiser d'un peu d'huile d'olive et les passer quelques minutes au four pour les dessécher et les faire dorer un peu.

141106 - Gratin légumes moussaka (8)  141106 - Gratin légumes moussaka (11)

Récapitulons :

  • Ton coulis a mijoté...
  • Tes aubergines déssèchent et dorent un peu (ton four a préchauffé donc ! J'avais oublié ! Il est à 180 / 200° selon sa puissance)

Il est donc temps d'assaisonner la viande !

Dans un plat, déposer les steaks, saler, poivrer, ajouter la dernière gousse d'ail émincée (ou pressée au presse-ail !) et malaxer le tout avec les doigts !

141106 - Gratin légumes moussaka (12)  141106 - Gratin légumes moussaka (13)

Il ne reste plus qu'à "monter" le gratin !

Dans le plat qui a servi pour faire dorer les aubergines (moins de vaisselle !! ha ha !! astuce inside !!), déposer la viande hachée en boulettes grossières.

Recouvrir des rondelles d'aubergine, puis du coulis de tomates, et enfin de la mozarella grossièrement déchirée !

141106 - Gratin légumes moussaka (14)  141106 - Gratin légumes moussaka (15)

141106 - Gratin légumes moussaka (16)  141106 - Gratin légumes moussaka (17)

Il ne reste plus qu'à passer au four pour 15 à 20 minutes ! Juste le temps que la mozarella fonde et dore un peu !

141106 - Gratin légumes moussaka (18)

141106 - Gratin légumes moussaka (20)

Regarde-moi ça !

La viande a rendu un petit jus parfumé, l'ensemble est moelleux, plein de soleil, hummmm...

Vivement l'été !

Bon ap' !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,