Comme à la maison

21 avril 2014

"Paëlla" facile

J'ai longtemps, longtemps hésité à te proposer cette recette...

Déjà parce que je ne la fais pas souvent (je n'en fais pas pour 2 !), et qu'en plus de ça, quand je la réalise, je fais souvent des versions "adaptées" à ce que j'ai dans mes placards, en rajoutant des choses ou en en enlevant...

Dans l'idéal, j'aurais voulu te montrer la recette complète, avec tous les ingrédients... mais rien n'est jamais idéal!

Pour toi, aujourd'hui, je vais compiler plusieurs réalisations de la Paëlla telle qu'elle est cuisinée dans la famille de Chéri !

Alors, ne te formalise pas si, pour une fois, les photos ne correspondent pas exactement au déroulement de la recette : ne serait-ce que parce que, contrairement à d'habitude sur ce blog, la recette est un peu longue, et j'ai parfois oublié de prendre des photos !

Il y a également autre chose qu'il faut savoir : la Paëlla est vraiment différente lorsqu'elle est réalisée dans une VRAIE poële à Paëlla, et même (soyons dingues !!) lorsqu'elle est cuite au feu de bois !... mais soyons réalistes : à moins d'en faire toutes les semaines et d'avoir une cuisine de 25m², il n'est pas vraiment utile d'en acheter une et de la stocker ! Quant au feu de bois....

Pour ma part, je la réalise soit dans une bonne sauteuse en fonte (les puristes vont probablement me lyncher, Aïe !!!) soit dans le magnifique Shallow qui m'a été offert par mon ancien boss, un patron vraiment en or !

Dans l'idéal, il faut un contenant qui soit suffisamment grand pour contenir tous les ingrédients, et surtout SURTOUT qui n'accroche pas, car lorsqu'on a versé le riz dans le poële/sauteuse/shallow, il est INTERDIT de remuer jusqu'à la fin de la cuisson !

Enfin, il faut aussi pouvoir le couvrir : soit avec un couvercle, soit avec suffisamment de papier aluminium !

Voilà, maintenant que tu sais tout, passons au vif du sujet !

Mais d'abord, la liste des ingrédients, pour 6 personnes :

  • 5 Gousses d'ail
  • 1/2 botte de persil
  • 1 Poivron rouge
  • 1 Boite de coulis de tomates
  • 500 g d'anneaux d'encornets frais ou surgelés
  • 3 ou 4 crevettes par personne
  • 1 Grosse gambas par personne
  • 3 ou 4 moules par personne
  • 1 Cuisse de Poulet par personne
  • 1 Chorizo
  • 500g de riz rond (j'utilise du riz 1er prix ou du riz pour risotto)
  • 1 Citron
  • Sel, poivre
  • Huile d'olive
  • 1 Sachet d'épices pour Paëlla ou 1 sachet de Safran, j'ai utilisé la dernière fois le magnifique safran de mon partenaire Thiercelin
  • OPTION POSSIBLE : Noix de pétoncle

140421 - Paëlla (1)

Commençons par estimer le volume du riz : dans un récipient, verser le riz et repérer la quantité qu'il représente : pour sa cuisson, il faudra 2 fois et demi ce volume en liquide, et ce tous liquides confondus (jus de cuisson et bouillons)

S'occuper ensuite des poivrons, pour ma part je les prépare systématiquement la veille : les griller au four, puis les envelopper dans un essuie-tout humide le temps qu'ils refroidissent ; la peau se retirera ensuite toute seule et il n'y aura plus qu'à les épépiner et les découper en lanières au moment de les utiliser.

Ensuite, dans un mini-hachoir, mixer les gousses d'ail épluchées et dégermées ainsi que le persil, une pincée de sel et un tour de moulin de poivre.

140421 - Paëlla (2)

Dans la sauteuse choisie, faire ouvrir les moules qu'on aura préalablement ébarbé et nettoyé, puis le réserver, ainsi que leur jus.

Verser ensuite une bonne quantité d'huile d'olive, et y faire revenir les gambas ainsi que les crevettes ; les réserver avec les autres fruits de mer.

140421 - Paëlla (5)  140421 - Paëlla (11)

Faire ensuite dorer les cuisses de poulet, en ajoutant de nouveau un peu d'huile s'il le faut, saler, poivrer, et encore une fois les réserver.

140421 - Paëlla (3)  140421 - Paëlla (4)

On remet une lichette d'huile s'il le faut, et cette fois, on attaque le vif du sujet !

Faire revenir les anneaux d'encornets ; lorsqu'ils prennent une belle couleur blanche, ajouter la persillade et bien mélanger ; ensuite, saupoudrer le safran et verser le coulis de tomates.

140421 - Paëlla (6)  140421 - Paëlla (7)

140421 - Paëlla (8)  140421 - Paëlla (9)

Lorsque l'ensemble commence à frémir, ajouter les cuisses de poulet en circonférence.

Récupérer ensuite les jus de cuissons réservés, ajouter de l'eau pour obtenir 2,5 fois le volume de riz et verser le tout dans la sauteuse.

140421 - Paëlla (10)   140421 - Paëlla (12)

Laisser bouillir doucement 45 min sans couvrir.

Au bout de ce temps, verser le riz en circonférence et NE PLUS JAMAIS REMUER !

140421 - Paëlla (13)  140421 - Paëlla (14)

Disposer ensuite le moules, les crevettes, le chorizo coupé en rondelles et les poivrons coupés en lanières.

140421 - Paëlla (15)   140421 - Paëlla (19)

140421 - Paëlla (16)   140421 - Paëlla (18)

Lorsque le riz est un peu gonflé, baisser le feu.

Goûter régulièrement, il est très difficile de donner un temps de cuisson car cela dépend du riz choisi, de la sauteuse, et un peu aussi de la vitesse du vent dans les barreaux de la chaise !

Mais je m'égare...

Lorsque le riz est presque cuit, la Paëlla peut se mettre en mode "Pause". Il suffit de couvrir ; le riz continuera à gonfler.

Rallumer la poële 35 minutes avant l'heure du repas, ajouter les gambas et le citron découpé en soleil et laisser réchauffer doucement !

140421 - Paëlla (22)

140421 - Paëlla (24)

140421 - Paëlla (25)

140421 - Paëlla (28)

140421 - Paëlla (29)

Toute l'Espagne dans un plat !

Buen apetito !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


18 avril 2014

Apéro Episode 26 : Les palmitos à la poivronade

Enfin, enfin le vendredi !

Si un message est publié aujourd'hui et si tu as l'habitude de me suivre, tu es à peu près sûr(e) qu'il va y avoir ici une recette de grignotage pour l'apéro !

Je ne voudrais pas quand même pas te décevoir !

La seule chose, c'est que vois-tu, avec l'arrivée des beaux jours, je ne sais pas toi, mais moi, je n'ai pas envie de me prendre la tête.... pourtant, je voudrais quand même en mettre plein la vue...

Voyons, voyons... vite fait mais bien fait ?

Ces petits "palmiers" feront parfaitement l'affaire !

Il ne te faudra que 2 ingrédients, ton frigo et ton placard seront tes meilleurs amis !

Alors, pour une trentaine de petits feuilletés, il te faudra :

  • 1 pâte feuilletée du commerce (mais une bonne, sans huile de palme !)
  • 1 pot de "tartinade" : ici, une poivronade, du commerce encore une fois !

140418 - Palmitos à la poivronade (2)

Pour la réalisation, rien de plus simple !

Commencer par dérouler la pâte feuilletée, puis étaler le plus simplement du monde la "tartinade" sur la pâte. Il faut juste bien prendre garde à en mettre partout, au besoin, on peut le faire avec un pinceau de cuisine (oui, évite les pinceaux de bricolage, il paraît que les solvants de peinture c'est pas terrible en goût !)

Une fois que toute la pâte est bien tartinée, il n'y a plus qu'à rouler les bords jusqu'au centre !

140418 - Palmitos à la poivronade (3)   140418 - Palmitos à la poivronade (4)

140418 - Palmitos à la poivronade (5)   140418 - Palmitos à la poivronade (6)

 Pour se faciliter la vie, et faire durer le plaisir, enfermer le rouleau obtenu dans le papier cuisson et mettre le tout au frigo quelques instants, le temps que la pâte feuilletée (qui ne supporte pas la chaleur) reprenne une consistance ferme... si t'es à la bourre et les tes amis débaquent dans peu de temps, tu peux aussi mettre le tout au congélateur quelques minutes !

Une fois que la pâte a retrouvé sa fermeté, dérouler le papier cuisson et couper des tranches de 1/2 cm et les disposer sur le papier, lui-même posé sur une plaque passant au four.

140418 - Palmitos à la poivronade (8)

 Je pourrais certainement dorer ces petits palmiers à l'oeuf battu ou au lait, mais en fait, avec une bonne pâte feuilleté et une tartinade contenant un peu d'huile, ça n'est pas vraimentt nécessaire !

Il ne reste plus qu'à enfourner une dizaine de minutes à 180°... la cuisson est très rapide !

140418 - Palmitos à la poivronade (12)

140418 - Palmitos à la poivronade (18)

Simple, rapide, délicieux !

Il ne te reste plus qu'à sortir les glaçons : j'arrive !

Bon ap' et bon week end !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

17 avril 2014

Spaghettis frais aux encornets

Je suis une grande consommatrice de produits surgelés... Parce qu'ils sont pratiques, parce que souvent ils sont aussi bons que les produits frais, et parce qu'ils me permettent d'élargir le stock des produits à ma disposition pour la réalisation de recettes improvisées !

Les petits anneaux d'encornets font partie de ces ingrédients qui se retrouvent souvent dans mon congélateur.

Ce soir là, ils m'ont fait de l'oeil... un paquet de pâtes fraîches m'appelait dans le frigo, il me restait du concassé de tomates, les encornets m'ont alors soufflé : "et pourquoi pas ?"

Je te propose donc aujourd'hui une petite recette d'une simplicité déconcertante, mais surtout qui est un véritable délice !

Un "p'tit quelque chose" qui se bricole "vite fait, bien fait" le soir en rentrant du boulot et qui mettra du soleil dans ton assiette !

Pour commencer, pour 3 personnes il te faudra :

  • 1 paquet de pâtes fraîches, de préférence des pâtes longues types Spaghetti, Spaghettoni, Tagliatelle, Fetuccini
  • 300g environ d'encornets en anneaux
  • 200g de tomates concassées
  • 2 gousses d'ail
  • 1 tasse de basilic : ici, du basilic congelé lui aussi
  • Huile d'olive, sel, poivre

140417 - Spaghetti aux encornets (3)

Fair chauffer un grand volume d'eau pour la cuisson des pâtes.

Commencer par peler la gousse d'ail, dans une poele, vaporiser un peu d'huile d'olive, l'équivalent d'une cuiller à soupe, et faire revenir brièvement la gousse d'ail pressée.

Ajouter presque immédiatement les petits anneaux d'encornets et un peu du basilic.

140417 - Spaghetti aux encornets (4)   140417 - Spaghetti aux encornets (5)

Lorsque les encornets ont changé de couleur (de nacrés ils sont passés à blanc mat), ajouter le concassé de tomates et le mélanger au jus qu'ils auront rendu.

140417 - Spaghetti aux encornets (6)   140417 - Spaghetti aux encornets (7)

Faire mijoter quelques minutes... à ce moment là, l'eau des pâtes doit être chaude, y plonger les pâtes fraîches et les faire cuire 1 minute de moins que le temps indiqué sur le paquet.

Lorsque les pâtes sont cuites, NE PAS LES EGOUTTER au contraire : à l'aide d'une pince, les retirer de la casserole et les ajouter dans la sauteuse à la sauce...

En profiter pour ajouter le reste du basilic.

140417 - Spaghetti aux encornets (8)   140417 - Spaghetti aux encornets (9)

Servir immédiatement !

La pasta non aspetta !

140417 - Spaghetti aux encornets (10)

140417 - Spaghetti aux encornets (11)

140417 - Spaghetti aux encornets (12)

Servir saupoudré d'un peu de basilic (frais, ça serait le top Karinette !) et d'un peu de parmigiano !

Une merveille !

Bon ap' !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 avril 2014

La dernière page

Page trois cent quatre-vingt six, la dernière, je la tourne en laissant libre cours à des larmes d'émotion.

Je l'avais ouvert sans pouvoir attendre après avoir lu SON BILLET.

Pour la première fois de ma vie, ou plutôt depuis que je sais lire, j'ai décidé d'abandonner le précédent livre entamé plusieurs mois plus tôt, pour le commencer au plus vite.

J'ai ce principe depuis toujours, le livre acheté, reçu, doit être lu jusqu'au bout ! Mais ce livre là je n'en pouvais plus... mal écrit, sans intéret, je m'engluais dans cette histoire en m'interdisant d'ouvrir enfin ceux qui attendaient dans ma table de nuit... torture inutile !

Puis Miss Lau en a parlé, et je n'ai pas pu tenir une minute de plus !

C'est par Demain j'arrête que j'ai découvert Gilles Legardinier ; j'en avais été tellement bouleversée que je n'avais pas pu m'empêcher de chercher sur internet s'il avait un site et avais même profité d'un lien "contacter l'auteur" pour lui envoyer un petit mot lui disant à quel point son histoire m'avait remuée... Et il m'avait répondu !

C'est comme ça que son Complètement cramé a rejoint la liste de mes envies pour Noël...

J'ai dû être très très sage en cette année 2013 car le Père Noël me l'avait apporté... Depuis, il attendait le bon moment pour être lu, un peu comme l'argenterie qui atttend les repas de fête pour faire son office...

Ce bon moment est arrivé, un joli jour ensoleillé du mois d'avril, avec ses parfums de lilas, de glycine, son soleil et ses chants d'oiseaux...

A peine ouvert, je n'ai pas su refermer la porte de ce monde qui s'ouvrait à moi.

Encore une fois, Gilles Legardinier a su trouver les mots qui touchent droit au coeur, peindre les émotions de ses personnages, emporter la lectrice que j'étais dans ce manoir quelque part en France...

Je viens juste de tourner cette dernière page et les émotions me submergent encore au point que j'en cherche mes mots.

Je ne parle quasiment jamais de mes lectures ici, je me sens bien peu légitime pour le faire et d'autres le font bien mieux que moi.

Ici, on parle Cuisine, Loulou, et de plein d'autres choses, mais jamais de livre. Pourtant, je lis énormément !

J'ai mes auteurs "fétiche", Guillaume Musso, Maxime Chattam et Harlan Coben en font parti, certains d'entre vous penseront qu'on est loin de la grand littérature, d'autres s'y reconnaîtront...

Gilles Legardinier est un auteur différent...

En ouvrant Demain j'arrête, je pensais trouver un ouvrage léger, drôle... c'était ce que je cherchais... Ce que je ne savais pas, c'est que je rencontrerai des personnages ayant une substance et une profondeur incroyable.

Complètement cramé a été écrit de la même encre, d'une plume trempée dans les plus belles âmes que l'on puisse rencontrer.

En tournant cette dernière page, je sais que les personnage me manqueront comme seuls les amis disparus peuvent nous manquer, mais j'ai aussi cette impression d'avoir gagné un peu de cette beauté, un supplément d'âme en quelques sortes.

Je ne connais bien évidemment pas l'auteur, mais je me dis qu'une personne pouvant faire naître de tels personnages doit être de ces êtres rares qui redonnent foi en l'être humain.

Les libraires devraient mettre un avertissement sur ses livres, car les ouvrir vous fera rire, pleurer, aimer, tout ce qui fait que la vie vaut d'être vécue.

Alors, ce message s'adresse à Monsieur Gilles Legardinier :

A la fin de votre livre, vous remerciez vos proches, mais aussi vos lecteurs, à mon tour Monsieur, de vous remercier ; je n'ai pas lu votre livre je l'ai dévoré, je l'ai vécu, vous devez être une personne profondément belle pour écrire ainsi, je vous souhaite de recevoir autant que vous donnez.

Je souhaite que vous ayiez un Andrew Blake à vos côtés car vous le méritez, et je ne doute même pas du tout qu'il existe et qu'il soit déjà dans votre vie car vous en parlez si bien qu'il ne peut avoir été inventé, au fond,

Ces derniers jours vous avez été un rayon de soleil, une lumière dans ma vie, et je vous remercie d'avoir éclipsé tous ceux qui en étaient les nuages !

J'ai hâte de lire Et soudain tout change qui figurera sur ma prochaine liste !

A bientôt !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

10 avril 2014

Parmentier de confit de canard à la patate douce

Il y a des gourmands dans la famille... mais aussi de fin gourmets...

On peut être les deux à la fois !

Ce soir là, nous recevions mon beau-frère et ma belle-soeur, les deux étant à la fois fin gourmets et bon gourmands, nous avions envie de leur faire plaisir...

L'idée du Hachis parmentier ne nous est pas venue de suite, en revanche, nous cherchions une idée autour du canard, et de la patate douce, car les deux se marient très bien...

Le parmentier de canard, c'est en plus d'une simplicité déconcertante, ce qui est un sérieux avantage quand tu as envie de préparer un repas complet (de l'apéro au dessert) en faisant tout "Maison", ou tout simplement si tu as envie de bluffer tes invités rapidement et facilement !

D'ailleurs, passons tout de suite aux choses sérieuses !

Pour un Parmentier de confit de canard à la patate douce, pour 6 personnes, il te faudra :

  • 1 boite de cuisses de canard confit (4/5 cuisses)
  • 1 échalote
  • 2 poignées de champignons de paris émincés, je les ai choisi surgelés ici
  • 1 Kg de patates douces
  • 1 verrre de lait (environ 20 cl)
  • 100g de comté râpé environ
  • 1 cuill à café de Fond de veau
  • Sel, poivre
  • Facultatif : Chapelure

140410 - Parmentier canard patate douce (2)

Commencer par faire cuire les patates douces : à la vapeur ou dans un grand volume d'eau, à toi de choisir ton arme !

Pour cela, je te recommande quand même d'éplucher les bêtes et de les couper en rondelles !

Une fois bien cuites, déposer les patates douces dans un saladier, saler poivrer, ajouter le lait et les réduire en purée à la fourchette ou à l'aide d'un presse-purée.

140410 - Parmentier canard patate douce (4)  140410 - Parmentier canard patate douce (5)

140410 - Parmentier canard patate douce (6)

Il est temps à présent de s'occuper de Donald du canard !

Sans se blesser, ouvrir la boite de confit : égoutter les cuisses et réserver la graisse du confit, elle parfumera délicieusement des pommes de terre sautées !

Solliciter éventuellemet Chéri pour le dépiautage du canard : objectif, retirer la peau et effilocher la chair du canard. Si c'est Chéri qui le fait, ça permet de garder les mains propres (on peut éventuellement le motiver en arguant que la graisse de canard est géniale pour la douceur de la peau !).

140410 - Parmentier canard patate douce (16)

Pendant ce temps, préparer les champignons en duxelles grossière (il s'agit d'un hachis de champignons parfumé à l'oignon et l'échalote) ; pour cela, les couper grossièrement, dans une sauteuse, déposer une cuiller à café de graisse de canard, la faire chauffer doucement et ajouter ensuite l'échalote hachée et les champignons, le fond de veau délayé dans un peu d'eau puis laisser mijoter quelques minutes.

Ajouter ensuite l'effilochée de canard et bien remuer pour que toutes les saveurs se mélangent. Les champignons éviteront que le canard ne soit trop sec au fond de notre parmentier.

140410 - Parmentier canard patate douce (7)  140410 - Parmentier canard patate douce (8)

140410 - Parmentier canard patate douce (15)  140410 - Parmentier canard patate douce (19)

Il ne reste plus qu'à passer au montage !

Dans un plat à gratin, déposer une couche de viande puis recouvrir de jolies quenelles de purée de patates douces. Les quenelles sont simplement réalisées avec une cuiller à soupe, mais la présentations n'a pas vraiment d'importance au fond !

J'ai aussi réalisé une version "bicolore" avec une purée de pommes de terres classique au centre !

140410 - Parmentier canard patate douce (22) 140410 - Parmentier canard patate douce (23)

140410 - Parmentier canard patate douce (25)                   140410 - Parmentier canard patate douce (26)

140410 - Parmentier canard patate douce (27) 140410 - Parmentier canard patate douce (28)

Recouvrir le gratin de comté râpé !

Je vais en profiter pour te révéler le secret des gratins de ma Maman : elle a l'habitude de saupoudrer ses gratin de chapelure ! Le résultat est d'autant plus croustillant, une merveille !

Il ne reste plus qu'à enfourner à 180° / 200° pour une vingtaine de minutes : les ingrédients sont déjà cuits, on veut juste que le fromage fonde et dore !

140410 - Parmentier canard patate douce (29)  140410 - Parmentier canard patate douce (30)

140410 - Parmentier canard patate douce (31)  140410 - Parmentier canard patate douce (32)

Et voilà !

Il ne reste plus qu'à servir !

Apporter le plat sur la table est, pour moi, la meilleure solution !

Bien sûr, on pourrait faire des chichis et préparer ce parmentier dans des cercles à patisser, mais franchement, la finesse est dans le fond ici, la forme n'est que superflue !

140410 - Parmentier canard patate douce (33)

140410 - Parmentier canard patate douce (34)

Essaie ! Tu m'en diras des nouvelles !

Bon ap' !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,



08 avril 2014

Les congolais - Ou Rochers Coco

Décidément, il me reste souvent des blancs d'oeufs sur les bras... à croire que par chez moi, les poules ne pondent que des oeufs monochrome !

Cette fois encore, une envie de changer des financiers habituels...

Et encore envie d'une petite gourmandise qu'on puisse emporter partout et manger en jouant, par exemple !

Cette fois, c'est le blog de "Papa bosse et Maman cuit" qui m'a soufflé l'idée : un blog qui s'appelle "Pour bien manger, cuisinons" ne peut qu'avoir raison !!

Des rochers coco me semblaient parfaits pour l'occasion !

Tu sais, ces gourmandises qu'on appelle parfois aussi des Congolais !

Bref, la recette m'a tellement plu que je n'ai pas hésité une seconde !

J'ai donc rassemblé :

  • 4 blancs d'oeufs
  • 150g de noix de coco râpée
  • 100g de sucre cassonade

140408 - Rochers coco (2)

Commencer par solliciter (une fois de plus) Ken en le laissant battre les blancs en neige ferme, ajouter petit à petit le sucre en poudre (c'est l'un des avantages à laisser Ken faire le boulot : ça te laisse les DEUX mains libres !!), et le laisser se reposer enfin, pour finir en ajoutant la noix de coco à la maryse.

140408 - Rochers coco (3)  140408 - Rochers coco (4)

140408 - Rochers coco (6)  140408 - Rochers coco (7)

140408 - Rochers coco (9)

Pour la suite, c'est au choix : poche à douille ou petite cuiller !

Pour tout te dire, j'ai commencé à la poche à douille avant d'abandonner... en constatant que Pépette, notre petite minette récemment adoptée avait profité de 2 minutes d'inattention de ma part pur machouiller ma poche à douille... et la flinguer !!

140408 - Rochers coco (10)

Bref, j'ai fini à la petite cuiller, et j'ai réalisé de très jolis petits monticules... l'essentiel au final est juste de disposer ces petits tas sur une feuille de papier cuisson (en silicone, ou simplement du papier sulfurisé) posée sur une plaque passant au four.

Et oui, car pour voir, j'ai testé cette recette dans un moule en silicone, et c'est bien la seule chose qui ne soit pas du tout concluante : les congolais étaient mous et leur forme n'était au final pas si jolie...

140408 - Rochers coco (11)  140408 - Rochers coco (12)

Il ne reste plus qu'à enfourner dans un four préchauffé à 160° pour 15 à 20 minutes... bien surveiller la cuisson qui dépend forcément de la taille des petits rochers et de la puissance du four... les rochers doivent être légèrement dorés.

A la sortie du four...

140408 - Rochers coco (14)

Laisser refroidir sur une grille avant de servir aux impatients !

C'est une merveille !

140408 - Rochers coco (15)

140408 - Rochers coco (16)

140408 - Rochers coco (17)

140408 - Rochers coco (21)

Bon ap' !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 avril 2014

Apéro épisode 25 : les Gressins au jambon cru et fromage de Lorraine pascale

Lorraine Pascale, le grand retour !

Oui, Lorraine Pascale, qui est à l'origine de ce velouté, ou encore de ce pain... Lorraine Pascale, ma nouvelle source d'inspiration !

Cette fois, c'est un petit grignotage d'apéritif qu'elle m'a inspiré !

Elle les appelle "Gressins"... sur ce point, je ne suis pas tout à fait d'accord avec elle, car les véritables Gressins sont à la base de petits pains, et ils ne sont donc pas réalisés à base de pâte feuilletée.

Mais je pardonne beaucoup à Lorraine, car sa cuisine est pleine de bonnes idées !

Alors puisqu'on est vendredi, et que le vendredi c'et Apéro Party, voici pour toi en exclu, la recette des Gressins jambon - fromage de Lorraine Pascale avec :

  • 1 pâte feuilleté du commerce, de préférence une bonne, sans matière grasse végétale, ça se trouve facilement maintenant
  • De belles tranches de chiffonade de jambon cru
  • Du comté
  • Un peu de lait ou 1 oeuf battu pour la dorure
  • Et... pourquoi pas, quelques graines de sésame

140404 - Gressins jambon cru fromage (1)

Commencer par dérouler la pâte feuilletée ; si tu as opté pour une pâte à étaler, l'étaler finement en rectangle.

Tracer des bandelettes d'environ 2 cm de large sur la pâte. Sur ces bandelettes, déposer la chiffonade de jambon et le comté râpé.

140404 - Gressins jambon cru fromage (3)  140404 - Gressins jambon cru fromage (4)

La pâte feuilletée est très sensible à la chaleur, pour réussir l'opération suivante, tu peux éventuellement remettre un peu ta plaque au froid pour qu'elle redurcisse !

Une fois qu'elle est bien froide, saisir les bandelettes par chaque extrémité et les torsader pour emprisonner le jambon et le fromage... Les déposer ensuite sur un plaque allant au four recouverte d'un papier cuisson ou, comme ici d'une feuille de cuisson en silicone.

Dorer ensuite avec le lait ou l'oeuf et, éventuellement saupoudrer de graines de sésame.

Enfourner dans le four préchauffer à 180° pour une quinzaine de minutes.

140404 - Gressins jambon cru fromage (5)  140404 - Gressins jambon cru fromage (6)

Il est important de bien surveiller la cuisson : les "gressins" doivent gonfler et dorer légèrement, trop, ils seraient secs, pas assez, ils seraient mous et bourratifs (et tes invités n'auraient plus faim pour la suite du repas... ça serait ballot...)

Résultat ?

140404 - Gressins jambon cru fromage (7)

140404 - Gressins jambon cru fromage (8)

140404 - Gressins jambon cru fromage (9)

Oh oh... mais qu'aperçois-je dessous ?

ça, ça sera pour un prochain vendredi "Apéro Party" !

Bon ap' et bon week end !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 avril 2014

Presque Amaretti (sans Amaretto)

Ce jour là il fallait que j'utilise mes blancs d'oeufs... et Chéri a opposé un véto formel quand j'ai évoqué la possibilité d'en faire des financiers ("Quoi ? Encore des financiers ??!! Pffff" Que veux tu, bien que les recettes de financiers pululent sur mon blog, Chéri devient difficile à force...)

Il a donc fallu que je me creuse un peu la tête...

D'autant que pour ce repas, il devait y avoir de jeunes enfants : mes neveux et nièces en plus de Loulou... je ne m'attendais pas à tenir 3 loustics qui s'adorent à table suffisamment longtemps pour leur faire manger le dessert en même temps que nous, il fallait donc que ce dessert soit "nomade" et puisse les suivre dans leurs jeux...

Voyons, voyons... de petits biscuits... avec des blancs d'oeufs... mais oui ! Pourquoi pas des Amaretti ?

Les Amaretti, ces petits biscuits d'origine italienne qui ressemblent à nos macarons.

Enfin, tout comme... car ces Amaretti là sont sans Amaretto, remplacé pour l'occasion par de l'arôme d'amande amère !

C'est sur le site de l'Atelier des Chefs que j'en ai trouvé la recette.

Et tout de suite, je vais partager avec toi !

Pour une douzaine de biscuits, il te faudra donc :

  • 300g de sucre glace
  • 3 blancs d'oeufs
  • 200g de poudre d'amande
  • 1 cuill à café d'arôme d'amande amère

140401 - Amaretti (2)

Pour commencer, dans le cul de poule verser le sucre glace et la poudre d'amande, ajouter ensuite le blancs d'oeufs légèrement battus ainsi que l'arôme d'amande amère et mélanger jusqu'à la formation d'une boule.

140401 - Amaretti (4)  140401 - Amaretti (5)

140401 - Amaretti (6)

Pour que mes Amaretti aient tous la même taille, j'ai utilisé... une cuiller à glace, un peu comme lors de la réalisation des Montecaos (auxquels les Amaretti ressemblent légèrement quand on y pense !).

Déposer des boules de pâtes sur un papier cuisson ou une de ces feuilles de cuisson en silicone, et les aplatir légèrement.

140401 - Amaretti (8)  140401 - Amaretti (9)

140401 - Amaretti (10)

Il ne reste plus qu'à enfourner pour 15 à 20 minutes dans un four préchauffé à 180° (th6). Bien surveiller la cuisson, les Amaretti seront encore souples à la sortie du four et ils doivent avoir une jolie couleur dorée.

Le temps de cuisson dépendra donc de la taille de tes Amaretti et... de la puissance de ton four, bien évidemment !

140401 - Amaretti (11)

Il ne reste plus qu'à attendre que toutes ces petites merveilles refroidissent...

140401 - Amaretti (12)

140401 - Amaretti (14)

140401 - Amaretti (16)

140401 - Amaretti (19)

Ces Amaretti se marient à la perfection avec une boule de glace au chocolat, àa la vanille, au café... mais on peut aussi les croquer seuls...

Une vraie merveille !

Bon ap' !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 mars 2014

Velouté aux légumes d'hiver

L'hiver touche sérieusement à sa fin, il faut donc vraiment "en profiter" pour consommer des légumes qu'on ne trouvera bientôt plus et qui vont nous manquer d'ici peu (mais si, mais si, tu finiras pas te lasser du soleil, du beau temps et des salades, tu verras !!)

Vu que cette semaine le froid fait son retour, après le velouté de poireaux de ce lundi, je te propose une autre recette dont le joli orange te donnera bonne mine !

C'est de "Soupe Exquises" que j'en tire la recette ;  un cadeau de Chéri pour notre anniversaire !

140327 - Velouté d'hiver (1)

Cette petite soupe-là, donc, est juste un condensé de toutes les saveurs hivernales. De quoi faire le plein de vitamines avant d'attaquer ce printemps qui tarde un peu.

Alors, que te faut-il pour cette recette ?

  • 2 Carottes
  • 350 g de courge muscade
  • 1 Navet
  • 200 g de Céleri rave
  • 2 Pommes de terre
  • 1 Oignon
  • 80g de Cheddar
  • 10 cl de lait
  • 1 cube de bouillon poule
  • Sel, poivre, noix de muscade

140327 - Velouté d'hiver (3)

Commencer par peler et couper en gros cubes tous les ingrédients.

Dans une cocotte, faire chauffer 1,2 litre d'eau et y faire fondre le cube de bouillon ; une fois l'ébullition atteinte, ajouter les légumes, assaisonner avec une pincée de muscade et laisser cuire 25 minutes. Les légumes devront être tendres.

140327 - Velouté d'hiver (4)  140327 - Velouté d'hiver (5)

140327 - Velouté d'hiver (6)

Une fois cuits, transférer les légumes dans le bol du blender avec le lait (comme d'habitude, en en réservant un peu de bouillon pour ajuster la texture à ta préférence). Tu peux aussi, mixer cette soupe directement dans ta cocotte avec une girafe si tu n'as pas de blender !

140327 - Velouté d'hiver (7)  140327 - Velouté d'hiver (8)

Reverser le tout dans une casserole et faire chauffer à feu doux. Ajouter alors le Cheddar râpé et remuer pendant 5 minutes environ, jusqu'à ce que le Cheddar ait complètement fondu.

140327 - Velouté d'hiver (9)  140327 - Velouté d'hiver (10)

Il ne reste plus qu'à servir, décoré de quelques lamelles de Cheddar voire d'une pincée de piment d'Espelette pour un résultat encore plus Caliente !

140327 - Velouté d'hiver (12)

140327 - Velouté d'hiver (14)

140327 - Velouté d'hiver (16)

140327 - Velouté d'hiver (18)

Bon ap' !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mars 2014

Le jour où j'ai failli mourir court-circuitée

C'était un mercredi classique...

Le matin, j'avais posé Loulou au centre de loisirs pour qu'il "sorte un peu des jupes de sa mère" comme dirait Chéri...

J'avais prévu de profiter de ma journée de femme au foyer... Une journée tranquille, de repos, comme tout le monde peut l'imaginer...

- Rédiger le compte rendu de la réunion "Parents - Direction de l'école" tenue la veille jusqu'à 20h30...

- Prendez un rendez-vous avec la Directrice du Centre de Loisirs pour discuter de la rentrée prochaine (fichue réforme...)...

- Faire un autre compte rendu de ce rendez-vous à la Directrice de l'école...

- Voir le voisin à qui on a donné son pouvoir pour savoir ce qui a été décidé à l'AG de l'immeuble tenu la veille...

- Voir la voisine avec qui on avait acheté une poussette double dans une autre vie pour savoir ce qu'on va en faire...

- Rédiger une annonce pour donner ladite poussette, parce que bon, on va pas la garder, elle encombre...

- "Repasser" et ranger le linge sec...

- Passer l'aspirateur dans tout l'appart pour récupérer la tonne de poils que Pépette sème partout par terre...

- Fignoler avec un coup de serpillère pour effacer les traces de nos récentes promenades au parc...

- Faire le tour des placards pour compléter la liste des courses à faire le soir même....

- Préparer le repas de la p'tite famille qui sera forcément affamée après une grosse journée boulot/centre de loisirs alors que toi t'as rien glandé de la journée...

Bref, j'allais profiter...

Les 3 premières heures, je ne les ai pas trop vu passer rapport aux divers compte rendus à rédiger...

C'est quand un vrombissement a commencé à agacer mes oreilles que je me suis dit qu'il faudrait peut être faire reposer Pépère l'ordi qui se fait vieux...

J'éteins donc l'ordi... Mais le vrombissement continue...

C'était peut être le décodeur ou la Livebox ?... Même pas...

Une voiture dehors ?... Non plus...

J'essaie donc de suivre ce vrombissement et j'arrive.... dans la salle de bains...

Le lave-linge tout neuf ? Non...

C'est en levant la tête que mes yeux se sont posées sur les lampes bricolées par Chéri au-dessus du miroir de la salle de bains...

C'est que le circuit électrique est vieillot et que ces lampes c'est du bricolage du dimanche : récupération des vieilles lampes de notre vieux-miroir-cassé posées sur une planche au dessus de notre miroir-tout-neuf en attendant de trouver un truc qui nous plairait (comprendre jusqu'à ce que les poules aient des dents...)...

Bref, ça vrombissait... et ça c'était déjà franchement flippant en soi...

Premier réflexe, on a beau être une femme des années 80 du XXIème siècle, l'électricité c'est pas forcément ton truc... j'appelle donc Chéri, au boulot, avec de la panique-faussement-maîtrisée dans la voix :

- Chéri, les lampes de la salle de bains vrombissent (le "bonjour" on se l'était déjà dit au réveil et le "je te dérange pas?" était dans l'option que j'avais pas prise...)

- Ben éteins-les !

... oui, Chéri est pragmatique... mais en même temps, en plein jour et avec une fenêtre dans la salle de bains, elles étaient déjà éteintes...

- Mais elles sont éteintes ! (Panique-plus-du-tout-faussement-maîtrisée dans la voix)

- Et si tu touches le miroir y s'passe quoi ?

(Je touche le miroir... même pas peur...)

- Rien, ça continue...

- Ah ouais, c'est dingue ce bruit (voix du Chéri qui entend le vrombissement à travers la ligne de téléphone et que ça amuse légèrement...) Et.... si tu touches le miroir ça fait quoi ? (oui, quand Chéri est au boulot il est moyennement concentré sur ses conversations avec moi...)

- Mais RIEN je te dis ! Bon, je vais enlever tout ce qu'il y a sur le miroir et le décrocher pour essayer de déconnecter les lampes comme ça je serai plus tranquille, et si je meure électrocutée t'auras ma mort sur la conscience...

- Mais ça risque rien si les lampes sont éteintes de toute façon, y'a pas de jus ! (voix du Chéri qui trouve ça très drôle vu du bureau)

C'est en saisissant sa brosse à dents électrique que je me suis rendue compte que c'était elle qui s'était mise en route... toute seule... et que c'était ELLE qui vrombissait....

Après ça,Chéri m'a poliment demandé s'il pouvait recommencer à travailler, parce que LUI a du travail (gna gna gna), et je suis restée avec ma brosse à dent qui vrombissait, en continu....

Au passage, c'est comme ça que je me suis rendu compte qu'on NE POUVAIT PAS enlever la batterie d'une brosse à dents électrique, et qu'il fallait donc attendre qu'elle l'épuise pour qu'elle s'arrête enfin...

Histoire de ne pas devenir un peu plus neuneu, je l'ai posée sur une épaisseur de serviettes éponges pour qu'elle arrête de me vrombir dans la tête...

Ce que je ne m'explique pas, c'est pourquoi j'ai retrouvé Pépette, couchée dessus 10 minutes plus tard...

Allez, je retourne à mes expérimentations !

140326 - savant fou

(Crédit photo)

A bientôt !

Posté par karinette1967 à 12:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :



Fin »